De Gaulle et le refus du D‑Day

Même 20 ans après le débar­que­ment, le géné­ral De Gaulle a tou­jours refu­sé de par­ti­ci­per aux com­mé­mo­ra­tions du débar­que­ment en Normandie, le fameux D‑Day. En effet, les amé­ri­cains avec leur opé­ra­tion “Overlord” (Suzerain) avaient pré­pa­ré un véri­table asser­vis­se­ment de la France, avec une admi­nis­tra­tion entiè­re­ment pas­sant entiè­re­ment sous tutelle et même avec une mon­naie spé­ci­fique sous contrôle amé­ri­cain. Eric Branca revient en détail sur cette his­toire très éloi­gnée de l’i­ma­ge­rie hollywoodienne.

Fauci serait-​il l’un des plus grands criminels de l’Histoire ?

Anthropologue et expert en san­té publique, Jean Dominique Michel pré­sente chez André Bercoff son livre sur la crise Covid. Entretien qui fut immé­dia­te­ment cen­su­ré par Youtube, et qui met en avant le rôle d’Anthony Fauci, le res­pon­sable des auto­ri­tés de san­té US pen­dant la crise, et dont on se demande s’il n’est pas l’un des plus grands cri­mi­nels de l’Histoire. Robert Kennedy junior a écrit un livre de réfé­rence sur Anthony Fauci, voi­ci un long entre­tien où il résume la redou­table œuvre du personnage 

Encore 100 ans de journalisme et tous les mots pueront

Cette confé­rence d’Idriss Baerkane a été don­née à Montréal la deuxième semaine d’Octobre 2023. A l’heure où la cen­sure a atteint en Occident des som­mets dignes d’Orwell et d’Huxley avec notam­ment l’a­bo­mi­nable Newsguard à laquelle par­ti­cipe Jimmy Wales, le cofon­da­teur de Wikipedia, et que cette chaîne a à nou­veau subi des bru­ta­li­tés de presse diverses et variées (notre ana­lyse du conflit a été inter­dite de visua­li­sa­tion en France, pure­ment et sim­ple­ment) il était néces­saire d’of­frir une ana­lyse phi­lo­so­phique de l’é­vo­lu­tion de la presse dans notre siècle, autour de la légen­daire et ô com­bien exacte cita­tion post­hume de Nietzsche : “encore cent ans de jour­na­lisme et tous les mots pueront”

Énergie libre, fiction ou pas ?

Voici une démons­tra­tion très bri­co­lo qu’il est pos­sible de conver­tir l’éner­gie de la iono­sphère en élec­tri­ci­té selon les pré­ceptes de Nikola Tesla. Ce der­nier uti­li­sait une tour mais ici, le Youtubeur de la chaine Plasma Channel a eu l’i­dée d’employer un drone juste pour la démons­tra­tion. La chaine History Channel l’a­vait déjà mon­tré quelques années plus tôt ici :https://www.youtube.com/watch?v=Ft1waA3p2_w (atten­tion, il faut un VPN pour visua­li­ser ces épi­sodes) Voir éga­le­ment le point sur les éner­gies libres pro­po­sé par le phy­si­cien Philippe Bobola pour le maga­zine Kairospresse.be

Comment rendre acceptable l’inacceptable

Voici détaillé en quelques minutes avec brio une tech­nique essen­tielle de l’in­gé­nié­rie sociale :“La fenêtre d’Overton, aus­si connue comme la fenêtre de dis­cours, est une allé­go­rie qui désigne l’en­semble des idées, opi­nions ou pra­tiques consi­dé­rées comme accep­tables dans l’o­pi­nion publique d’une socié­té.  Ce terme est un déri­vé du nom de son concep­teur, Joseph P. Overton (1960 – 2003), un ancien vice-​​président du Mackinac Center for Public Policy qui, dans la des­crip­tion de sa fenêtre, a affir­mé l’i­dée que la via­bi­li­té poli­tique d’une idée dépend prin­ci­pa­le­ment du fait qu’elle se situe dans la fenêtre, plu­tôt que des pré­fé­rences indi­vi­duelles des poli­ti­ciens.  Selon la des­crip­tion d’Overton, sa fenêtre com­prend une gamme de poli­tiques consi­dé­rées comme poli­ti­que­ment accep­tables au regard de l’o­pi­nion publique exis­tante, et qu’un poli­ti­cien peut donc pro­po­ser sans être consi­dé­ré comme trop extrême, pour gagner ou conser­ver une fonc­tion publique.” (Wikipedia)

Est-​il possible de se déprogrammer ?

Série en 15 épi­sodes d’Ema Krusi et Sylvain Laforest autour de l’in­gé­nié­rie sociale pra­ti­qué à grande échelle en occi­dent pour contrô­ler les popu­la­tions, la fameuse “fabrique du consen­te­ment” selon Noam Chomsky. « Révéler les rouages de la pro­gram­ma­tion est à la por­tée d’à peu près n’importe qui. Ayant écrit, réa­li­sé et mon­té près de cent docu­men­taires dans ma car­rière, j’ai pour ain­si dire une lon­gueur d’avance sur un abat­teur de pou­let chez Flamingo pour tout ce qui concerne les médias, la mani­pu­la­tion des images et le choix entre l’objectivité et la sub­jec­ti­vi­té. J’ai aus­si étu­dié l’histoire à l’université, sim­ple­ment pour pous­ser plus loin une pas­sion per­son­nelle que je nour­ris depuis l’âge de dix ans. Pour le reste, je suis mon­sieur tout-​​le-​​monde ; j’ai tra­vaillé fort, payé mes impôts sans me plaindre et fer­mé ma gueule toute ma vie. » Sylvain Laforest, auteur de La Déprogrammation. Voir le pro­logue ici : https://player.vod2.infomaniak.com/embed/1jhvl2upz2bfgLa série entière se trouve sur ce site : https://classic.emakrusi.com/video-category/1021-la-deprogrammation/

Plus jamais ça, c’est maintenant et c’est mondial

Vera Sharav

Existe-​​t-​​il des simi­li­tudes entre les évé­ne­ments qui ont conduit à l’Holocauste et ceux qui ont engen­dré la pous­sée auto­ri­taire durant le covi­disme ? La thèse paraît folle mais elle est pour­tant sou­te­nue par Vera Sharav, une authen­tique sur­vi­vante des camps nazis.Comme l’in­dique le rap­port de la Commission pré­si­den­tielle sur l’Holocauste, pré­sen­té le 27 sep­tembre 1979 : “Un sur­vi­vant se consi­dère comme un mes­sa­ger et un gar­dien des secrets qui lui ont été confiés. Un sur­vi­vant a le sen­ti­ment d’être le der­nier à se sou­ve­nir, le der­nier à aver­tir.…”. Ce docu­men­taire est des­ti­né à ser­vir d’a­ver­tis­se­ment à l’hu­ma­ni­té : Never Again Is Now Global (Plus jamais, c’est main­te­nant). Nous vous encou­ra­geons à regar­der et à par­ta­ger cet impor­tant docu­men­taire. Toutefois, comme l’in­dique un aver­tis­se­ment au début du film, celui-​​ci “contient des images véri­diques d’a­tro­ci­tés com­mises hier et aujourd’­hui. La dis­cré­tion du spec­ta­teur est conseillée. Il s’a­git d’une pro­duc­tion de l’Alliance for Human Research Protection (AHRP) avec le sou­tien finan­cier majeur de Children’s Health Defense. Source : https://plusjamais.eu/ (voir les épi­sodes sui­vants sur ce même site)

Qui connait le groupe Bilderberg ?

Créé en pleine guerre froide par le mil­liar­daire David Rockefeller, l’ex-​diplomate polo­nais Joseph Retinger et le prince Bernhard des Pays-​​Bas, le « groupe Bilderberg » doit son nom de l’hô­tel où le groupe s’est réuni la pre­mière fois à Oosterbeek en Hollande. Ce groupe réunit ce que le monde occi­den­tal compte de per­son­na­li­tés les plus puis­santes dans le monde de la finance et des grandes entre­prises mul­ti­na­tio­nales. L’éminence de David Rockfeller, Henri Kissinger y a joué un rôle clé pen­dant des années. Bilderberg est très fer­mé et ce docu­men­taire de Daniel Estulin est l’un des rares à pro­po­ser une enquête appro­fon­die sur ce groupe où nos pré­si­dents et ministres passent peu de temps avant leurs prises de poste, pro­ba­ble­ment pour y être vali­dés… Voir éga­le­ment cette enquête de la chaîne Al-Jazeera :

La France livrée aux GAFAM ?

Voici une brillante syn­thèse de l’é­quipe Off-​​Investigation (ex France 2) sur les rela­tions entre Emmanuel Macron et les mul­ti­na­tio­nales de la High Tech. Tout au long de son ascen­sion, Emmanuel Macron s’est mon­tré proche des cercles d’in­fluence amé­ri­cains. Depuis Bercy, il aide secrè­te­ment Uber à dyna­mi­ter le droit du tra­vail en France. Élu pré­sident, il ouvre grand la porte à Google, Amazon, et Microsoft, ces « GAFAM » amé­ri­cains désor­mais soli­de­ment implan­tés en France.  À rebours du géné­ral de Gaulle, Emmanuel Macron serait-​​il le pré­sident le plus amé­ri­ca­no­phile de la Ve République ? On peut éga­le­ment consi­dé­rer les rela­tions troubles de Nicolas Sarkozy, le pré­sident qui a fait ren­trer la France au ber­cail de l’OTAN. Lire à ce sujet la brillante ana­lyse de Thierry Meyssan inti­tu­lée Opération Sarkozy.

Les Beatles sont-​ils une création de l’Institut Tavistock ?

Fondé en 1913 pour contrer la pro­pa­gande de guerre alle­mande, l’Institut Tavistock de Londres s’est spé­cia­li­sé dans l’é­tude du com­por­te­ment des humains et de leur psy­cho­lo­gie. Un célèbre auteur jugé “conspi­ra­tion­niste”, John Coleman défend l’i­dée que cet ins­ti­tut est à l’o­ri­gine de la contre-​​culture qui a len­te­ment désa­gré­gé le tis­su social en occi­dent, par­ti­cu­liè­re­ment dans la musique et le ciné­ma Journaliste et DJ, Mark Devlin exa­mine en détails la contre-​​culture rock-​​pop, le rap, sans oublier le reg­gae et le métal. On ima­gi­ne­rait par exemple que les figures célèbres de ces genres musi­caux pour­raient être des fils de plom­biers ou de bou­lan­gers. Pourtant, il n’en est rien…

Qui sommes nous ?

S'abonner à la
lettre d'infos
Edit Template
S'abonner à la lettre d'infos