Comment le Covid a révélé la corruption de la santé publique

Le 28 juin 2024, à l’in­vi­ta­tion de l’as­so­cia­tion Sos Libertés, l’an­thro­po­logue expert en san­té publique Jean Dominique Michel don­nait une confé­rence sur la cor­rup­tion sys­té­mique de la san­té publique.

Le pro­blème de la cor­rup­tion sys­té­mique dans le domaine de la san­té a été iden­ti­fié depuis long­temps sans que l’on s’occupe de lui appor­ter des solutions. 

De la for­ma­tion des méde­cins au choix des trai­te­ments, en pas­sant par la pro­duc­tion scien­ti­fique et le rôle des agences de san­té, tout le domaine est cap­tif de logiques dévoyées qui font pas­ser des inté­rêts lucra­tifs avant les besoins de san­té de la population.

Cet état « sys­té­mique » est deve­nu plus visible pour le grand public à la faveur des absur­di­tés de la crise Covid, où l’on a vu l’Ordre des méde­cins et le gou­ver­ne­ment fran­çais inter­dire aux méde­cins de soi­gner les malades et punir ceux qui s’y seraient mal­gré tout ris­qué, même avec succès.

L’usage du chan­tage et de la contrainte exer­cé sur la popu­la­tion, la per­sé­cu­tion des soi­gnants ayant refu­sé de se sou­mettre à une expé­ri­men­ta­tion médi­cale hasar­deuse et ris­quée signalent la gra­vi­té de la perte des repères et de la vio­la­tion de droits indi­vi­duels et collectifs.

Avatar photo

SOS Libertés

Qui sommes nous ?

S'abonner à la
lettre d'infos
Edit Template
S'abonner à la lettre d'infos